Aller au contenu principal
Ministère des Postes et de l'Economie Numérique

Vers l’interopérabilité des services financiers électroniques au Togo

Publié le : 20 sep 2018
Vers l’interopérabilité des services financiers électroniques au Togo

Lomé, le 20 septembre 2018 – Le Ministre des Postes et de l’Économie Numérique a présenté ce jour en Conseil des ministres, une communication sur l’interopérabilité des services financiers électroniques.

Au cours de ces dernières années, le gouvernement togolais a engagé d’importantes réformes qui ont permis de développer les services financiers électroniques dans le pays. L’un des résultats tangibles de ces actions est la hausse sensible du nombre de togolais disposant d’un porte-monnaie électronique. La dernière édition de l’indice de la Banque Mondiale sur l’inclusion financière (Global Findex) souligne ainsi que le pourcentage d’individus de plus de 15 ans disposant d'un compte Mobile Money au Togo est passé de 18% à 45% entre 2014 et 2017.

 

Pour accompagner cette dynamique, assurer un essor rapide de l’inclusion digitale et financière et ainsi favoriser le développement d’entreprises innovantes et le e-commerce dans le pays, le Ministère des Postes et de l’Économie numérique et le Ministère de l’Économie et des Finances proposent la mise en place de l’interopérabilité des services financiers électroniques qui reposera sur une plateforme unique de paiements dénommée « TogoPAY »

 

Favoriser l’émergence de nouveaux usages

 

L’interopérabilité est la capacité donnée aux usagers, d’échanger de l’argent via des solutions offertes par différents fournisseurs/acteurs de paiements mobiles et électroniques bancaires ou non. Cette interopérabilité permet et facilite les transferts des fonds des comptes bancaires vers des portefeuilles d’argent mobile et vice versa. Elle permet également aux utilisateurs d’un réseau de mobile money d’interagir avec les utilisateurs d’un autre réseau de mobile money favorisant ainsi la réalisation de transferts d’argent inter-réseaux.

 

Au Togo, l’interopérabilité des services financiers électroniques permettra d’interconnecter, notamment :

  • Deux plateformes de paiement mobile : par exemple, un client TMoney (Togocel) pourra transférer de l’argent sur le compte d’un client Flooz (Moov), et vice versa ;

 

  • Une plateforme de paiement mobile et une banque ou une institution de microfinance : par exemple, le client d’une banque X pourra faire un dépôt, à partir de son téléphone, de son compte à son porte-monnaie TMoney ou à tout autre compte TMoney ou Flooz.

 

Des avantages multiples pour tous les acteurs

Outre ces nouveaux usages, la création de la plateforme unique de paiements « TogoPAY » qui servira de base à l’interopérabilité comporte plusieurs avantages pour l’ensemble des acteurs impliqués, que ce soit le gouvernement togolais, les opérateurs de téléphonie mobile, les banques, les institutions de microfinance ou toutes autres institutions financières. Par exemple, au niveau :

 

  • Des opérateurs mobiles : En offrant aux utilisateurs la possibilité d’échanger des fonds entre comptes bancaires et comptes mobile money, les opérateurs mobiles sont susceptibles de favoriser le recrutement de nouveaux utilisateurs bancarisés. Ces utilisateurs adosseraient à leur compte bancaire un compte de mobile money pour bénéficier des avantages offerts par ce service (paiement de factures simplifié, bonus crédit téléphonique…).

 

  • Des banques et institutions financières : En offrant aux utilisateurs la possibilité d’échanger des fonds entre comptes bancaires et comptes mobile money, les banques sont susceptibles de favoriser le recrutement de nouveaux utilisateurs non bancarisés ou bien d’offrir de nouveaux services à leurs clients existants.

 

  • Des services publics : L’interopérabilité est également susceptible de développer les transactions financières réalisées avec des acteurs publics. Pour les autorités, ce sera l’opportunité de renforcer la qualité des services publics. D’une part en optimisant la traçabilité des transactions, d’autre part en optimisant l’expérience « client » des administrés. En effet les paiements mobiles permettent notamment de délivrer « à distance » certaines prestations (ex. : versement de pensions, paiement de redevances, etc.) qui nécessitent encore dans de nombreuses régions de se rendre à un guichet de paiement, d’y patienter dans une file d’attente, de payer les frais induits par ce déplacement, etc.

 

  • Des commerçants : En interconnectant leurs plateformes avec des systèmes marchands, les opérateurs peuvent permettre aux utilisateurs de régler leurs achats via mobile money. C’est le domaine dans lequel l’interopérabilité semble la plus prometteuse. Dans plusieurs pays, les opérateurs sont parvenus à déployer des accords avec des réseaux de distribution de carburant, de supermarchés ou de taxis. En outre, les services financiers mobiles constituent une opportunité majeure de développer le commerce en ligne de biens physiques. Si les e-commerçants s’appuient actuellement sur le paiement en espèces à la livraison dans les marchés émergents, l’interopérabilité de leurs systèmes marchands avec des services Mobile Money permettrait de prépayer les achats.

 

En somme, si elle est effective, l’interopérabilité permettra une interaction entre les différents acteurs impliqués tout en éliminant la complexité des contrats individuels. Elle favorisera également la dématérialisation des paiements qui se traduira, non seulement par une réduction des coûts, mais aussi par une optimisation des processus d’opérationnalisation et une variété de l’offre de services financiers.

 

Contact presse : presse@numerique.gouv.tg

Top