Aller au contenu principal

Messagerie Gouvernementale

Résumé

Le projet de Messagerie Gouvernementale permet de sécuriser et rationaliser les échanges électroniques des membres du gouvernement.

Contexte


Avec le développement d’Internet et des nouveaux outils de télécommunications (ordinateur, tablette, smartphone, etc.) la majorité des échanges se fait maintenant par voie électronique.  Or, la plupart des hauts fonctionnaires de l’Etat et des services de l’administration utilisaient des adresses mails non protégées, avec des extensions non uniformes comme yahoo, hotmail, etc. pour l’envoi de leur emails professionnels.

 

Partant de ce constat, le Président de la République a souhaité harmoniser et renforcer la sécurité et la crédibilité des échanges électroniques. Le Ministère des Postes et de l’Economie Numérique a donc lancé le projet de mise en place d’une Messagerie Gouvernementale.

Description

Le projet de Messagerie Gouvernementale consiste donc en la création de comptes emails professionnels, pour les membres du gouvernement et de l’administration dans le domaine « gouv.tg ». En plus d’une adresse email professionnel, ces derniers ont également été dotés d’une suite d’outils de travail collaboratif (un agenda partagé, un drive, etc.). L’ensemble du personnel a été formé à l’utilisation de ses nouveaux outils.

Objectifs

Les objectifs du projet sont :

 

  • de doter tous les membres du gouvernement d’un adresse email professionnelle ;

 

  • d’harmoniser les domaines des adresses email des membres du gouvernement ;

 

  • d’assurer la crédibilité des échanges électroniques effectués par les membres du gouvernement ; et

 

de sécuriser les échanges électroniques du gouvernement.

Etat d'avancement

A l’heure actuelle, 150 comptes de messageries collaboratives et professionnelles ont été créés et près de 90 membres du personnel de la Présidence et des ministères ont été formés à l’utilisation de la messagerie et de ses outils collaboratifs.

Prochaines étapes

A terme, il serait souhaitable de mettre à disposition 12.000 comptes pour les cadres de l’administration publique et 70.000 comptes pour les étudiants, les enseignants et le personnel administratif des deux universités publiques.

Articles liés

Top