• Accueil
  • Cérémonie de lancement du projet E-Gouvernement

Cérémonie de lancement du projet E-Gouvernement

Cérémonie de lancement du projet E-Gouvernement

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le projet E-Gouvernement vise la mise en réseau de toutes les institutions du pays par fibre optique afin de leur permettre d’échanger entre elles et avec leurs usagers de façon sécurisée et fluide grâce à un débit Internet pouvant aller au-delà de 10 Gigabits par seconde.
 
Le projet, dont les travaux représentent un coût global de 25 millions de dollars, soit environ 12 milliards 500 millions de francs CFA et sont financés dans le cadre de la coopération chinoise à travers un prêt à taux concessionnel de EXIM Bank de Chine, présente des intérêts majeurs. Il permet de :

  • abaisser les coûts de communications au sein de l’administration ;
  • rapprocher l’administration de l’administré grâce à la mise en œuvre des services en ligne ;
  • simplifier les démarches administratives ;
  • dématérialiser les processus administratifs ;
  • réaliser des visioconférences ;
  • de disposer d’une messagerie à l’échelle nationale.

Un tel projet a un rôle essentiel dans un contexte où le Togo nourrit des ambitions de plus en plus grandes notamment la mise en œuvre des réformes les plus audacieuses et l’accession du pays au rang de pays émergent d’ici 2030.
 
En janvier dernier, une formation de haut niveau, avec une première étape au Togo et une deuxième en France, a été organisée à l’endroit de tous les ingénieurs et techniciens des administrations publiques pour leur permettre de se familiariser avec l’équipement de dernière génération déployé dans le cadre de ce projet.

 

La première phase du projet, qui a démarré le 18 juin 2014, et qui sera finalisée d’ici décembre 2015, consiste à relier entre elles 287 institutions (439 bâtiments) publiques et privées (notamment les ministères, les institutions de la République, les banques, les assurances, les écoles et les hôpitaux), à partir de 219 sites dans la ville de Lomé.
 
La deuxième phase du projet verra son extension aux établissements privés et aux particuliers et sur tout le territoire national.